A Hanseatic afternoon of pure Tangut joy

J’ai eu l’honneur de participer à la journée d’étude consacrée aux Tangut studies organisé par le Centre for the Study of Manuscript Cultures à l’Universität Hamburg, qui a eu lieu le lundi 14 décembre après-midi.

Je me dois d’exprimer ma reconnaissance à Docteur Imre Galambos de la Cambridge University pour son judicieux choix d’intervenants et de sujets. Pour moi qui n’ai qu’une connaissance superficielle dans les études tangoutes, les interventions forment collectivement une belle introduction à ce domaine dans toute sa multitude d’objets et de perspectives.

La journée d’étude commence vers 14h par les linguistes, Marc Miyake et yours truly. Ces deux interventions se sont concentrées sur les divisions/grades (等), d’une importance centrale dans la reconstruction phonologique de la langue tangoute. Marc Miyake a parlé sur les découvertes menant vers l’établissement de cette notion, les reconstructions proposées jusqu’ici, ainsi que les difficultés qui ont empêché une solution satisfaisante. Son intervention est suivie par la mienne, qui se propose d’introduire une nouvelle solution à ce problème. Les deux avons eu une vive discussion sur le tableau à la manière matheuse des linguistes :

Marc Miyake et Xun Gong

Les linguistes discutent dans la manière courante dans leur tribu sauvage. Photo courtesy Andrew West

Ruben De Jong, jeune historien à l’Universiteit Leiden, a parlé de l’evolution du terme Tangoutes dans les sources occidentales avant le XXe siècle, du pays de Xīxià de Marco Polo vers un compromis progressif avec la nouvelle équivalence aux Tibétains de l’Amdo. Sven Osterkamp, japonisant érudit, a parlé des caractères tangoutes transmis dans la littérature numismatique chinoise et japonaise, qui finissent par rentrer dans Unicode, sous des formes fortement mutilées, comme des caractères « chinois » : 𣥬𤔞𧳤𠐂.

Da-an-bao-qian

Bah c’est difficile de faire mieux que les numismates si on connaît pas l’écriture tangoute !

Les philologues constituaient la plus grande partie des intervenants. Andrew West (魏安) a donné une discussion détaillée d’une heure sur le texte Collection abrégé des termes fréquents de Homonymes et de Mots divers (擇要常傳同名雜字). Ce texte récemment découvert, actuellement dans les mains privées, donc inaccessible au public savant, présente une édition composée et abrégée des deux dictionnaires Homonymes, un dictionnaire des homophones, et Mots divers, un dictionnaire des mots d’usage courant pour acquérir les bases de l’écriture. D’un intérêt incomparable est un index au début de l’ouvrage, qui donne la correspondance entre l’écriture cursive et l’écriture régulière.

Kirill Bogdanov, qui s’occupe actuellement du catalogage des manuscrits dans l’Institut vostočnyx rukopisej à Saint-Pétersbourg (sigle Tang.), nous a présenté une sélection de manuscrits d’intérêt dans l’Institut, notamment les textes rituels de la religion tangoute légèrement bouddhisés. Romain Lefebvre de l’Université d’Artois a parlé sur les « Tangut fragments in the Stein collection of the British Library ». Hóu Hàorán 侯浩然 a parlé sur la traduction en tangoute de la traduction du Saṃpuṭatantra par ‘Gos Khug-pa Lhas-btsas, accusé de plagiat par Sa-skya Paṇḍita. Kirill Solonin a parlé d’une sorte de grub-mtha tangoute, probablement composé directement dans cette langue. La journée d’études s’est terminée sur un discours très intéressant de Imre Galambos, sur le sujet de « Translation vs. adaptation in translating Chinese secular literature into Tangut ». Dans les cas d’une divergence textuelle entre les éditions chinoises existantes et la version tangoute, il faut toujours considérer la possibilité qu’une autre édition chinoise, aujourd’hui disparue, ait pu intervenir dans la situation.

Après presque 6 heures de conférence non interrompues, nous nous sommes régalés de la cuisine italienne (à Hambourg !) dans un restaurant qui s’appelle « L’Etrusque ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *