纪念和沁教授(1973-2016) — In memoriam He Qin (1973-2016)

[Blogmaster’s note:

米可老师的第一位发音合作人和沁教授2016年被其前夫所杀。他将纪念和教授的文章发来,希望我登在本站,自然敢不承命。大概还有几句话想说,关于失去,关于田野之为一个fundamentally human enterprise,关于“une sorte de honte et de dégoût”,但是思绪混乱,只能在这里搁笔。]

This is to remember He Qin 和沁, “consultant F1” in the database of Naxi speech that I started collecting in 2002. I recorded her voice in a joint session with her brother He Xuan 和漩, “consultant M1”.This recording by itself has relatively thin contents, and I might have indefinitely postponed the task of preparing it for archiving and online distribution had it not been for the tragic death of He Qin, who was murdered by her former husband in 2016. Her father told me that they would like to be able to listen again to He Qin’s voice, and to see this small piece passed on to posterity. The recording has therefore been endowed with the usual critical apparatus (transcription, translation into Chinese, English and French) and archived in the Pangloss Collection. Together with the online publication of this document (available here), I would like to say a few words about what I owe He Qin.

I had been put in touch with a Naxi student in Beijing, He Xuan 和漩, who had willingly accepted to take part in a recording for linguistic research purposes. He came along with his sister He Qin, who was visiting him in Beijing. I needed to record a sample of “spontaneous speech”, a term which, in phoneticians’ typology, covers all productions that are not read and that consist of more than a few sentences. The choice of topic and genre was at the consultants’ choice. As an answer to this request, He Qin chose the story of the founding hero, legendary ancestor to the Naxi and other groups of the area. He Qin and He Xuan were not only wonderfully helpful during what was, for me, a first contact with spoken Naxi: after the recording in Beijing, they also put me in touch with their father (in Yunnan), who took me under his wing, introduced me into his home village and gave generous amount of encouragement, help and advice all through my field trips in Naxi territory. After she came back to Lijiang, He Qin accepted to continue to help me, to transcribe the story that she had told. This is a thankless task for speakers, who have to repeat word by word and correct the errors made by the linguist (especially when the investigator is still at the early stages in learning the language). Anyone who has experience of playing the language consultant’s role knows that it can be awkward and unpleasant to listen to one’s own voice and the disfluencies always found in oral speech: putting the words to writing highlights the hesitations, repetitions, loanwords and other details that listeners (and, even more, readers of the written document) could be picky about. He Qin did not conceal the fact that she was not thoroughly familiar with the story, and her rendering should not be considered as “canonical”; she had simply done her best to put together in good order the episodes of this popular story that she remembered from her childhood. But He Qin had made up her mind to ride over all obstacles: she had agreed to participate in the task; if that involved a full transcription, well, we would do it, from first sentence to last! After the transcription work was over, He Qin told me that I should not feel indebted to her for her help, and that, on the contrary, the Naxi (her people) ought to thank me for being interested in their language and contributing to its documentation and study. No need to say how moved I was by her supreme generosity, which she expressed without affectation. Such was He Qin.

A photo of He Qin 和沁 playing with her son in the courtyard of the Naxi Culture Education Association, Lijiang (2002)

He Qin 和沁 playing with her son in the courtyard of the Naxi Culture Education Association, Lijiang (2002)

He Qin’s articles and books are often austere, sometimes solemn, formulating a lucid criticism of the failings of an economic model that destroys the environment we share with other living species. By comparison, the story that she recorded for me is trifling and anecdotal, but I have no doubt that He Qin would nonetheless have approved of its being preserved as a linguistic resource. Preserving and reusing a resource that has been painstakingly prepared: He Qin would have appreciated this as deriving from a sound principle, and as reflecting a good habit – the sort of behaviour that could bring us closer to the beautiful ideal she dreamed of for mankind.

Many thanks to He Likun 和丽昆 for revising the transcription and answering my questions about difficult passages; his comments are indicated in notes. Also, many thanks to Séverine Guillaume, who uploaded this resource to the Pangloss Collection. The catalogue of resources in the Pangloss Collection mentions by name the various contributors and their respective roles, but does not mention the engineers whose selfless work over the years lends reality to the dream of long-term preservation of language resources.

云南省委党校文化与科技教研部副主任和沁教授,2016春不幸死在前夫的手下。和沁博士的世界观和对社会与经济的思考,反映在她的政治学著作里:

“生态文化提倡资源节约、环境友好的生产、生活方式,而排斥奢侈浪费,但是在当前,奢侈消费成为显示地位和身份的方式,误导着人们的价值观和消费观,形成人们过分追求物质上的豪华享受需求,与生态文化的要求背道而驰。而且,传统经济学用GDP来表征社会经济发展程度和发展水平,误导着社会经济决策系统,使社会经济决策者倾向片面追求不利于资源节约但促进GDP增长的经济发展模式。”(《文明观的回归》,和沁著,北京:群言出版社,2013年,174-175页)

和沁博士和她弟弟和漩,是我首次调查纳西语的最初两位发音合作人。我与和沁及她一家人的缘分,始于十几年前,那时我在法国新索邦大学开始读博士,打算研究纳西语。和即仁、姜竹仪二位先生《纳西语简志》一书中的词汇和基础语法都背下来了以后,我打算找纳西语老师。我爱人赵筱筠帮我联系到了丽江政府驻北京办公室,询问有没有丽江纳西族人愿意帮研究生做语言描写分析和参加录音工作,最好能介绍在丽江本地的合作人。他们回答:有一名大学生名叫和漩,人很善良,可以试试联系。那时和沁正好在北京看望弟弟,她也欣然同意一起来参加那天的录音。

研究语音,除了单词、单句以外,也需要“长篇语料”的资料如:讲传统故事、自传、或日常生活等。和沁选择了简要地讲崇忍利恩的故事。那天录音后,和漩与和沁给了我他们父亲和学光教授的联系方式,建议我到丽江联系和学光老师。因为和学光并家人的帮助,使得我那个夏天的调查(也是我第一次做真正的纳西语言调查)进展顺利。和沁回丽江后,同意跟我一起记下来她讲的故事(崇忍利恩的故事),逐词给我解释,工作量很多:一分钟的录音,要认真记下来并标注好,需要一两个小时的时间,尤其在调查者还没有掌握好所调查语言的情况下,工作进行地十分艰苦。但热心的和沁,坚持教我。有天,她感冒发烧,但还是要帮我记音翻译并且强调:“做事情,要有头有尾”。录音记完了,她还感谢我愿意研究纳西语;“为纳西族做了一件好事”。和沁不仅让我喜爱上了纳西语和纳西文化,同时她的处世态度和做人标准也让我肃然起敬。

这份资料,是个轻轻松松讲的故事,让我在一个认真、严格的思想家和沁之外,认识了一个快乐友好的和沁:她讲故事的速度和节奏,很有现代纳西族女人独立自信的风范。这篇含有一些汉语借词的纳西语故事,传统纳西族学者可能会认为不是很典范,这一点,和沁自己也很清楚,但她并没有想正襟危坐地述传统文化,这个简化的故事,是一位纳西族学者对自己童年故事的温暖怀旧。

A photo of He Qin 和沁 playing with her son in the courtyard of the Naxi Culture Education Association, Lijiang (2002)

和沁在丽江纳西文化传习协会跟儿子玩耍,2002年夏

我后来不再研究丽江坝的纳西语,去调查研究其它方言,2004年到金沙江,2006年起到永宁坝。和沁的故事和其它丽江坝纳西语资料,我一直没有整理成《泛语资料库》格式的文件。2016年,得知和沁的不幸去世,我很伤感,想到了整理并发布和沁讲的这个故事,她的家人也提出,做这个是有意义的:道理很简单:“做事情,要有头有尾”,既然录了故事、记了音,就要做得到位,长期保存,提供给感兴趣的人。

有整理长篇语料经验的人都知道,这个工作量比较大。我输入2002年稿子(手稿)以后,中央民族大学语言学博士和丽昆帮我做了进一步完善。和沁讲的故事,2017年11月11日公布在《泛语资料库》里。(查看资料:点击这里

现在的记音文件,有记音(分别记录音位,phonemic notation,与实际发音,narrow phonetic notation)、逐词翻译、逐句翻译(很接近原文),还有好读一些的整篇整理翻译文,均标付了三种语言(汉、英、法)。因为目前还没有完整的纳西语参考语法书,所以逐词标注明显有一些不足的地方。在这个基础上,未来会增加新的注释、纠错或新的标注(如:加上纳西语拼音等等)。

籍着这篇语料,纪念一位学姐,一位老师,一位世界公民,和沁:让我们的忧伤,变成一种力量,让我们共同努力,保护女人们的自由与权利。

Chaque document recueilli lors d’une enquête linguistique a son histoire, souvent très personnelle : c’est un don du locuteur au linguiste (et, à travers lui, à tous les esprits curieux de la langue), signe et ciment de confiance mutuelle, objet de réflexions partagées au fil des étapes qui suivent l’enregistrement : transcription, traduction, analyses… Pour le linguiste, il y aurait quelque chose de futile, voire d’inconvenant (onanistique ?) à épiloguer sur ces éléments de contexte : raconter l’histoire d’une histoire, ce serait se tromper d’objet, et dilapider un temps précieux, qui doit être celui du travail de recherche, temps déjà menacé d’émiettement par la multiplicité des tâches à accomplir sur le terrain et au retour. On se souvient de la prétérition – un peu scolaire – de Lévi-Strauss au seuil de Tristes tropiques, qui formule la gêne qu’on éprouve à exposer le volet personnel d’une entreprise dont l’idéal affiché est l’objectivité scientifique. « Je hais les voyages et les explorateurs. (…) Quinze ans ont passé depuis que j’ai quitté pour la dernière fois le Brésil et, pendant toutes ces années, j’ai souvent projeté d’entreprendre ce livre ; chaque fois, une sorte de honte et de dégoût m’en ont empêché » (Paris : Plon, 1955, p. 13). À mes yeux, un des attraits de la Collection Pangloss, qui accueille les documents linguistiques que j’enregistre sur le terrain, c’est précisément la dé-personnalisation de ces documents par le dépôt dans une archive pérenne : ceux-ci y sont offerts à de nouveaux usages ; ils s’y trouvent délestés du contexte du projet de recherche qui était le mien. D’autres utilisateurs les localiseront au moyen d’une recherche dans des catalogues de données linguistiques, comme celui de la Communauté des archives ouvertes de langues (OLAC). Ils pourront les consulter et les télécharger sans avoir besoin de me demander, puisque les documents sont sous licence CreativeCommons. Ils y appliqueront les outils d’analyse de leur choix : les données de Pangloss sont dans un format-pivot (XML) qui facilite la conversion vers toutes sortes d’outils logiciels autres que ceux que j’utilise. L’ambition du principe FAIR (findable, accessible, interoperable, reusable : données localisables, accessibles, interopérables et réutilisables) comporte un élément (salutaire) de dépersonnalisation : savoir « lâcher prise » et offrir les données, recueillies dans le cadre d’une recherche précise, à d’autres utilisations toutes différentes.

Le premier document en langue naxi que j’aie enregistré, à l’été 2002, serait resté dans le registre de l’anecdotique et n’aurait peut-être jamais été rendu public si la mort tragique de la locutrice, He Qin 和沁, assassinée par son ex-mari en 2016, n’avait assombri la vie de sa famille et de ses amis. Ecouter la voix de He Qin est l’une des rares ressources que nous laisse le chagrin pour que revive un peu de sa présence. À la demande de son père, M. He Xueguang 和学光, le récit qu’elle avait raconté en 2002 a été doté de l’appareil critique d’usage (transcription, traduction et notes), et archivé dans la Collection Pangloss. À l’occasion de cette mise en ligne, je voudrais dire un mot des souvenirs que je dois à cette première locutrice/consultante de langue naxi.

J’avais pris contact avec un étudiant naxi à Pékin, He Xuan 和漩, pour lui demander de participer à un enregistrement à des fins de recherche scientifique. Il s’était prêté au jeu, et était venu accompagné de sa sœur He Qin 和沁. Je souhaitais examiner un échantillon de « parole continue », selon la typologie des phonéticiens ; peu importait le contenu. En réponse à ma requête, He Qin avait choisi le mythe du héros fondateur naxi, qu’elle avait raconté en une dizaine de minutes. Après l’enregistrement, He Qin et son frère m’avaient fourni les coordonnées de leur père, He Xueguang, personnage hors du commun qui a toujours eu à cœur de perpétuer la langue et les traditions des Naxi. (He Xueguang a appris, et enseigné à ses quatre enfants, l’écriture naxi romanisée, qu’il a lui-même adaptée au dialecte de sa région.) A Lijiang, He Xueguang m’avait pris sous son aile, et m’avait présenté, dans son village natal, à un cousin qui allait m’enseigner la langue. Revenue à Lijiang, He Qin avait accepté de continuer de m’aider, pour transcrire le récit qu’elle avait enregistré. La tâche est ingrate pour le locuteur, qui doit répéter mot à mot, et redresser les erreurs du linguiste débutant ; il y faut parfois jusqu’à deux heures de travail pour chaque minute d’enregistrement. En outre, réécouter et répéter un enregistrement de sa propre voix, c’est aussi se heurter à des redites, des hésitations, des mots d’emprunt et autres détails qu’on peut craindre de voir critiqués par certains auditeurs. He Qin s’était appliquée à enchaîner en bon ordre les souvenirs qu’elle conservait de cette histoire populaire, mais sans dissimuler qu’elle n’en était pas assez familière pour que la version qu’elle en livrait puisse être considérée comme complète (canonique). Mais He Qin était soucieuse de faire les choses jusqu’au bout, et n’a pas fléchi dans sa détermination : puisqu’elle avait accepté de participer au travail, si celui-ci exigeait une transcription exhaustive, eh bien on mènerait cette tâche à bien ! Comble de générosité, le travail fini, He Qin avait tenu à préciser que je ne devais me sentir aucune dette à son égard pour ce coup de main, et que c’était au contraire elle qui me remerciait de m’intéresser à la langue naxi et d’œuvrer à l’étude de cette langue.

Photo de He Qin 和沁 jouant avec son fils dans la cour de l'Association pour l'éducation à la culture naxi, à Lijiang. Eté 2002.

He Qin 和沁 jouant avec son fils dans la cour de l’Association pour l’éducation à la culture naxi, à Lijiang. Eté 2002.

Les articles et ouvrages universitaires de He Qin sont des travaux plutôt austères, parfois graves, dans lesquels elle formule une critique lucide des travers d’un modèle économique qui saccage l’environnement que nous partageons avec les autres espèces vivantes. En comparaison, la « petite histoire » qu’elle a racontée (disponible ici) peut paraître bien dérisoire, mais je ne doute pas que He Qin aurait néanmoins approuvé le choix de la conserver, à titre de ressource linguistique. Ne pas perdre une ressource qui a coûté du soin à préparer : He Qin aurait reconnu là l’application d’un sain principe, la manifestation d’une bonne habitude – des ressorts qui pourraient peut-être nous donner « la force qui nous manque » pour nous rapprocher du bel idéal qu’elle rêvait pour ses semblables.

 

Vifs remerciements à He Likun 和丽昆 pour avoir revu la transcription et répondu à mes questions concernant des passages difficiles ; ses commentaires sont indiqués en note. Tous mes remerciements vont aussi à Séverine Guillaume, qui a bien voulu procéder, dans un délai très court, aux opérations de versement de cette ressource à l’archive : fichier audio original, fichier retouché, transcription, et enregistrement électroglottographique. Le catalogue des ressources de la Collection Pangloss mentionne par leur nom les nombreuses personnes qui ont contribué à la constitution d’une ressource, et leurs rôles respectifs ; mais il ne contient pas mention des ingénieurs dont le travail au fil des ans prête réalité au rêve d’un archivage pérenne.

Cite this article as: Alexis Michaud, "纪念和沁教授(1973-2016) — In memoriam He Qin (1973-2016)," in Indo-Sinica, 04/12/2017, https://indosinica.hypotheses.org/170.

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.